Abonnez-vous à Vélo Guadeloupe
Abonnement
Today: 03.Dec.2020

Moser a bravement croisé le fer

Évaluer cet élément
(4 Votes)

6e étape64e Tour cycliste international de la Guadeloupe

L’Italien Ignacio Moser de l’équipe américaine BMC Development a remporté devant son coéquipier, le néerlandais Bas Tietema, la 6e étape de 160 kms ayant comme point de départ et d’arrivée Les Abymes. Le Vénézuélien Juan Murillo du Résonex Gwada Bikers 118 a dû remettre sa tunique dorée au Français Damien Monier de l’équipe japonaise, Bridgestone.

Photo : Daniel Éraville Photo : Daniel Éraville

 

10h00, les coureurs s’élançaient devant la mairie à l’assaut de la 6e étape de 160 kms, la deuxième plus longue étape du Tour.

Très tôt, deux coureurs se postaient en tête de course : Teddy Taranne (VO2C) et Kohei Uchima (Bridgestone). À l’arrière, le peloton, serein, avançait groupé. Cédric Pouvin s’extrayait du groupe pour un court moment.

À Caraque (Abymes), après 10 kms de parcourus, Adam Pierzga (ASBM-PPN) démarrait à vive allure pour partir à la rencontre du duo de tête. À Perrin (23e km), Taranne levait le pied. À ce moment-là, les attaques jaillissaient du peloton qui augmentait la cadence.

Au 26e km, en direction de Morne-à-l’Eau, Bas Tietema (BMC Development) parvenait à s’échapper et rejoignait Pierzga et Uchima à l’avant. Les trois hommes se relayaient parfaitement pour faire le trou. À l’arrière, un groupe de neuf chasseurs pointait à 30s. Il s’agissait de : Adrien Alidor (UVMG) ; Christophe Thibois (VCTR), Gediminas Kaupas et Corrado Lampa (Differdange Lösch) ; Arnaud Grand et Ignacio Moser (BMC Development) ; Hervé Arcade (S.Martinique) ; Mickaël Clarico (USL) ; Hirochi Tsubaki (Bridgestone). Jonathan Louis (USL) et Fabrice Cornélie (UVN) qui tentaient de les recoller finissaient par être ramassés par le peloton qui s’agitait. Le groupe des neuf effectuait la jonction avec le trio de tête (Pierzga, Uchima et Tietema) juste avant Petit-Canal.

 

Un peloton en ébullition

Désormais, la bande des douze comptait une cinquantaine de secondes sur le peloton. Thibois qui n’arrivait pas à suivre la vitesse imprimée (45 kms/h) se faisait absorber par un premier groupe de chasse composé de : Cédric Ramothe, Julian Cardona et Xavier Albina (USL) ; Jayson Rousseau (VCG) ; Mael Maziou (UC Cholet 49) ; Oleksandr Sheydyk (ISD Continental) ; Luis Sablon (ASBM-PPN) ; Widjy Relmy (UVN) ; Christian Luce (VO2C) ; Diego Jimenez Milan (Differdange Lösch). Les coureurs traversaient avec des pointes de 60kms/h Petit-Canal puis Port-Louis. Dans cette commune, Boris Carène (CSCA) tombait en panne et devait mettre les bouchées doubles afin de réintégrer le peloton. Non loin de Beauport, l’ardoisier montrait un écart de 1’45 entre les fuyards et le peloton qui bouillonnait tellement que d’autres coureurs prenaient la poudre d’escampette. Parmi eux, Miyataka Shimizu (Bridgestone), Olivier Curier (Excelsior), Marvin Judith (Excelsior), Jules Lanclume (JCA), Johan Coenen (Differdange Lösch), Jocelyn Lemperrière (S.Martinique), Kérane Barolin (UVN), Freddie Guilloux (UC Cholet 49)...

Dans la traversée d’Anse-Bertrand, Ludovic Turpin (VCG) bondissait tel un boulet de canon hors du peloton du maillot jaune, Juan Murillo (Résonex Gwada Bikers 118). Son objectif : revenir coûte que coûte sur le deuxième groupe de chasse alors la jonction s’effectuait à la vitesse de la lumière sur les terres ansoises.

Les coureurs passaient au 74e km de course à Campêche à 60kms/h avec un vent de face. Á l’arrière, le grimpeur Murillo se débattait comme un beau diable face aux rouleurs pour tenter de réduire son retard et garder son maillot de leader. Peut-être que certains lui faisaient payer son comportement lors de l’étape de la veille où il aurait voulu jouer à Vincenzo Nibali (surnommé le requin de Sicile) sur le 101e Tour de France, c’est-à-dire tout rafler sans laisser aucune miette à ses adversaires… Le résultat était là : Murillo se retrouvait plus isolé que jamais, mais il avait le mérite de ne pas baisser les bras et d’appuyer sur les pédales en tête de son groupe. Son retard sur la tête de la course atteignait 4’32 et 1’55 sur le groupe Turpin-Coenen, selon l’ardoisier.

 

Opération tactique

Á Deshauteurs dans Sainte-Anne (112e km), les onze fuyards pédalaient de concert. Dans le secteur vallonné des Grand-Fonds, le deuxième groupe de chasseurs, conduit à un train d’enfer par Turpin et Coenen, connaissait quelques turbulences à cause des attaques alors Judith et Pouvin y laissaient des plumes. Ils trouvaient refuge, dans un troisième groupe de chasse composé, entre autres, de Carène, Eustache et César Bihel (Differdange Lösch) lesquels avaient aussi fait leurs adieux à Murillo.

Le peloton ayant éclaté en miettes, un quatrième groupe de chasse, formé de Johan Ruffine (ASBM-PPN), John Nava (UCM), Damien Monier et Thomas Lebas (Bridgestone) voyait le jour ; il n’allait pas tarder à avaler Shimizu, lâché au 127e km à Besson (Abymes). Chaque équipe dévoilait enfin sa tactique pour cette fin de course. Ainsi, à Pérou (131e km), Lemperrière ralentissait pour attendre son coéquipier Eustache et laissait partir le groupe Turpin-Coenen.

Dans le groupe de tête, Arcade baissait également la cadence pour attendre Eustache et Lemperrière. Dans ce même groupe de fuyards, Uchima et Tsubaki, faisaient carrément du sur place, se désaltéraient pour attendre leur coéquipier Monier qui se trouvait dans le quatrième groupe de chasse.

Au 137e km, aux Quatre Chemins (Abymes), le groupe Carène-Eustache faisait jonction avec le groupe Turpin-Coenen et, aussitôt, le nouveau paquet mettait le turbo avec, aux manettes, Arcade, Barolin, Carène, Turpin etc. Les résistants de la tête de la course collaboraient parfaitement jusqu’ici mais à Dugazon, les deux coureurs de BMC Development – Tietema et Moser – plaçaient une mine et s’évadaient.

À Perrin (153e Km), ils avaient 40s d’avance sur leurs poursuivants immédiats, leurs anciens compagnons de route. Ensuite, tout se précipitait. Heureux de leur coup, Moser et Tietema coupaient la ligne d’arrivée à Boisripeaux bras dessus, bras dessous et comme il fallait un vainqueur, Moser laissait sa roue avant dépasser de quelques centimètres. Kaupas se classait 3e.

Murillo, arrivé avec plus de 8’ de retard, se faisait ravir son maillot jaune par Monier. Le Guadeloupéen Barolin effectuait une belle remontée au classement général en se positionnant à la 6e place.

Lu 736 fois Dernière modification le vendredi, 08 août 2014 21:54

Suivez VeloGuadeloupe :

Évelyne Chaville

Évelyne Léa CHAVILLE, Journaliste Diplômée de l'Ecole Supérieure de Journalisme de Paris.

Site internet : evelynechavillecdpresse.tumblr.com/

Laissez un commentaire

Tout commentaire non conforme à la législation française, sera automatiquement modéré.
Merci de votre compréhension.

  • Dernier
  • Populaire
  • 0 9e étape : 64e Tour cycliste international de…
  • 0 8e étape - Tronçon 2 : 64e Tour cycliste…
  • 0 8e étape - Tronçon 1 : 64e Tour…
  • 0 7e étape : 64e Tour cycliste international de…
  • 0 6e étape : 64e Tour cycliste international de…
  • 0 5e étape : 64e Tour cycliste international de…
  • 0 4e étape : 64e Tour cycliste international de…
  • 0 Prologue : 64e Tour cycliste international de…
  • 0 8e étape - Tronçon 1 : 64e Tour…
  • 0 9e étape : 64e Tour cycliste international de…
  • 0 8e étape - Tronçon 2 : 64e Tour cycliste…
  • 0 7e étape : 64e Tour cycliste international de…
  • 0 5e étape : 64e Tour cycliste international de…
  • 0 4e étape : 64e Tour cycliste international de…